photo by EricGjerde on Flickr

photo by EricGjerde on Flickr

 

Nous venons de publier sur le topic « Territoire créatif » que nous tenons sur Scoop.it une interview de son fondateur. Il nous éclaire sur les fonctionnalités de ce service web et sur les liens entre ces fonctionnalités et les enjeux contemporains de la communication. C’est pour moi l’occasion de tirer un bilan de notre présence sur Scoop.it depuis maintenant 9 mois.

 

Une présence qualitative 

Nous publions en moyenne 4 à 5 articles par semaines sur chacun des deux topics que nous animons sur Scoop.it. C’est ce que l’on appelle la curation. Cela nous permet une présence dans le flux du web mais, cette présence est qualitative. En élaborant ce qui s’apparente à une revue de presse, nous donnons de fait notre éclairage sur un ensemble de problématiques tout en précisant chaque jour nos interrogations, les faits que nous jugeons importants comme les idées qui nous tiennent à cœur. Ainsi, Scoop.it est un outil qui permet de fournir un contenu à forte portée qualitative en prenant appui sur les articles d’autres auteurs. Cela évoque ces grands peintres du début du 20ème siècle qui surent exprimer de grandes choses avec des collages. Le contenu diffusé à travers scoop.it est la résultante d’un alliage entre des voix multiples.

 

Le partage 

Cependant, Scoop.it dispose de sa face cachée, à savoir la veille partagée. Nous utilisons Scoop.it comme ressource autant que comme diffuseur de contenu. Les topics déployés par d’autres nous amènent des informations utiles, des contenus que nous n’avions pas identifiés, des regards qui viennent stimuler le nôtre. Quelle est la différence entre une information captée au hasard de déambulation sur le web et celle qui nous est transmise par un proche ? La seconde dispose en quelque sorte de la « signature » d’un proche dont je connais les manières de raisonner et qui me rend la pareille. Ainsi, l’information « sponsorisée » par un proche va disposer d’un supplément de sens très différenciant. Plusieurs topics sont une source importante et de nature qualitative pour Zones Mutantes car, les articles scoopés dans chacun de ces topics sont en quelque sorte éclairés par leurs curateurs comme Grd Lyon-millénaire3 par exemple. Scoop.it est pour nous un outil qui permet de partager la veille, de collaborer collectivement à la compréhension du monde en apportant chacun son regard, ses interrogations et ses contenus préférés.

 

La veille collaborative 

De cette fonction de partage apportée par Scoop.it à la notion de veille collaborative, il n’y a qu’un pas. Mais qu’est-ce donc que la veille collaborative ? Il s’agit du recueil et de l’analyse collective des faits et des idées relatives à l’évolution, à la dynamique et aux flux propres à un domaine particulier comme, par exemple, les réseaux d’entreprises ou, dans un tout autre domaine, l’évolution d’une épidémie à l’échelle planétaire. Nous avons évoqué il y a un an cette démarche à travers sa mise en œuvre au service de la recherche des météorites (Le capital social et la parabole des météorites) : la démultiplication des « capteurs », la diversité des regards et la complémentarité de connaissances très diverses permettent de produire en quasi temps réel une analyse d’une grande richesse englobant la totalité d’un phénomène. En nous fondant sur la démarche déployée par la « communauté des météorites », il nous parait tout à fait possible de construire une dynamique de veille collaborative autour des problématiques  de développement socioéconomique. Et Scoop.it peut sans doute y jouer un rôle. Qu’en pensez-vous ?

CC ART ZM

Pierre Chapignac

qui a écrit 104 articles sur Zones Mutantes.

Pierre Chapignac est spécialisé dans l’analyse stratégique et le déploiement opérationnel des services, des réseaux et des actifs immatériels. Il est le fondateur du média Zones Mutantes consacré au développement socioéconomique territorial.

Send an Email